Zum Inhalt springen Zur Hauptnavigation gehen

Zénith

Partition et matériel

Jean-Baptiste ROBIN

Details

Instrumentale Familie Orchester
Katalogklassifizierungen Orchestermusik
Nomenklatur Instrument orchestre à cordes et 2 hautbois
Gesamtdauer 00:08:00
Herausgeber Éditions Billaudot
Cotage GB10192 0
  • Zénith Visuell

Beschreibung

> Commande de l’Orchestre des Pays de Savoie et de la Fondation FACIM
> Création le 12 juillet 2020, dans le cadre du Festival Les Arts Jaillissants, Montsapey (France), par l’Orchestre des Pays de Savoie, sous la direction de Nicolas Chalvin
---

Cette pièce se déploie à travers deux idées distinctes : le temps et l'homme.
Le premier élément, un bref tic-tac rythmique immuable en pizzicato des cordes, évoque à la fois le temps et les astres tournoyants. Le deuxième élément est une mélodie énoncée en valeurs longues dans la tessiture grave des violoncelles, qui gagne progressivement l'aigu (violons). Cette longue ligne ascendante s'apparente à une prière adressée au ciel.
Les deux idées s'opposent puis se superposent, comme si les thèmes des astres et de l'homme cherchaient à se toucher et à se réunir. Apparait alors le hautbois qui reprend la prière mais dans un climat très joyeux.
Après ce premier arc, le thème du temps se propage à tous les instruments de l'orchestre dans un rythme chorégraphique. Le temps devient alors plus sonore, plus palpable, jusqu'à l'apparition aux hautbois et en valeurs longues de la prière jusque-là oubliée. Les éléments se réunissent à nouveau mais avec davantage d'intensité que la première fois.
La troisième partie oppose un temps devenu multiple (rendu sensible par la présence de plusieurs figures mélodiques et rythmiques) et l'imploration lente et intérieure du début de l'œuvre. Elle enchaine sur une passacaille qui réunit constamment les deux idées. Leur destinée semble être liée à jamais et la progression atteint un paroxysme. Parvenu à ce climax, le thème de l'homme se retrouve pourtant seul, comme s'il cherchait désespérément du regard l'astre arrivé à son zénith.
La pièce, légère, s'achève sur un bref rappel du thème du temps (tic-tac) qui disparait presque instantanément et pour toujours.

(Jean-Baptiste Robin)