Aller au contenu Aller à la navigation principale

Atomization, Loop and Freeze

Partition et matériel

Martin MATALON

Détails

Famille instrumentale Musique de Chambre
Classifications catalogue Quatuors
Nomenclature instrument 3 pianistes et 3 percussionnistes
Durée totale 00:22:00
Éditeur Éditions Billaudot
Cotage GB10054 0
Style musical Contemporain
Année copyright 2019
  • Atomization, Loop and Freeze Visuel

Description

> Commande de Radio France, pour le Festival Présences 2019
 > Création le 12 février 2019, à la maison de Radio France, Paris (France), dans le cadre du Festival Présences, par Bertrand Chamayou, Vanessa Benelli Mosell et Sébastien Vichard (pianos) et Florent Jodelet, Adélaïde Ferrière et Ève Payeur (percussions), sous la direction de Martin Matalon (
>> écouter le concert)


---


Si la formation pour 3 pianos et 3 percussions qui m’a été proposée, est rare, elle offre néanmoins une grande richesse de possibilités pour ce qui est des matières, couleurs, articulations… Elle permet une importante profusion sonore et des potentialités rythmiques extraordinaires.
Dans les 7 sections qui forment Atomization, loop and freeze, plusieurs plans formels se superposent, ils représentent les problématiques et préoccupations récurrentes de mon travail de ces dernières années.
Chaque section se caractérise en effet par une articulation temporelle définie : pulsation, pulsation atomisée, pulsation fantôme, flux aléatoire, flux structuré et temps flottant. Par le traitement de la ligne : ligne fragile et entrecoupée, ligne-matière, ligne atomisée, ligne-masse, ligne-flottante...
L’idée d’apesanteur et son corollaire la densité, la multiplicité et son opposé l’unicité, ou encore l’exactitude et son pendant le diffus, sont autant d’idées formelles qui caractérisent chaque section.
Enfin, l’utilisation des dynamiques pas seulement comme support des phrases ou matière d’expression, mais aussi et surtout comme unificateurs formels.
Chacun de ces 4 éléments (articulation du temps, traitement de la ligne, idée formelle et dynamique) contribue à définir et à caractériser chaque mouvement. Cette caractérisation est essentielle pour créer des polarités ainsi qu’une dialectique entre les différentes sections.
Ainsi, les 7 états de l’œuvre s’enchaînent sans jamais revenir en arrière et suivant le procédé où chaque point d’arrivée d’un mouvement correspond au point de départ du suivant.
Il ne s’agit donc pas nécessairement ici de “loops” et de “freezes”, mais plutôt de l’idée d’une multiplicité et d’une dynamique de mouvement qu’évoque le titre…


(Martin Matalon)