Aller au contenu Aller à la navigation principale

Trame XIV

Partition et matériel

Martin MATALON

Détails

Famille instrumentale Clarinette
Classifications catalogue Clarinette et orchestre ou ensemble
Nomenclature instrument Clarinette solo et ensemble instrumental (1.1.0.1 - 1.1.1.0 - perc, pno, 2 vls, vla, vlc et cb)
Durée totale 00:17:00
Éditeur Éditions Billaudot
Cotage GB9973 0
Style musical Contemporain
Année copyright 2018
  • Trame XIV Visuel

Description

> Commande de ACHT BRÜCKEN | Musik für Köln, gefördert durch die Ernst von Siemens Musikstiftung
 > Création le 11 mai 2018, à la Kölner Philharmonie, Festival ACHT BRÜCKEN, Köln (Allemagne), par Carl Rosman (clarinette) et Musikfabrik, sous la direction de Stefan Asbury


---


Trame XIV pour clarinette solo et ensemble, poursuit un cycle d’œuvres concertantes commencé en 1997. Mon intérêt sur ce genre réside dans la tension entre une écriture qui valorise tous les instruments, en établissant des liens complexes entre eux et une écriture soliste. Le nom générique de « Trame » est inspiré du poème éponyme de Jorge Luis Borges, qui nous dévoile la synchronie existante entre tous les éléments qui constituent “l’histoire universelle”. Moins ambitieuses et plus circonscrites, mes Trames évoquent tout simplement le tissage propre à chaque composition, son fil d’Ariane. Elles abordent les problématiques compositionnelles qui me préoccupent aux différents moments de leur écriture, à la manière d’un journal intime.
Le traitement de la miniature est peut-être la problématique centrale de cette pièce. L’idée de miniature, c’est pour moi l’idée musicale présentée de façon essentielle, sans les divers développements linéaires que l’on connaît : prolifération, accumulation, processus, répétitions… Trame XIV est composé de 7 “miniatures” qui s’enchaînent et dont la durée varie entre 40 secondes et 4 minutes. Des sections plus ou moins longues s’intercalent de manière à créer une dynamique et un rythme formels.
Mon but est de construire une forme et créer une sorte de direction où chaque mouvement débouche sur le suivant : un détail quelconque d’une section deviendra l’élément de base de la nouvelle section : le point d’arrivée d’une miniature est souvent le point de départ de la nouvelle… Et c’est dans le devenir et les transformations de chaque état de la pièce ainsi que dans la dialectique entre les différentes sections que la trame de l’œuvre se tisse.


(Martin Matalon)

Contenu de l’ouvrage

> Commande de ACHT BRÜCKEN